lundi 5 février 2018

Digitalisation : l'écart va-t-il se creuser entre les banques 100% mobiles banques en ligne et acteurs traditionnels ?

L'arrivée des néo-banques, comme N26, C-Zam ou plus récemment Orange Bank, a eu pour effet de pousser les établissements traditionnels à créer des offres pour les smartphones. Toutefois, la différence entre les services proposés demeure importante.


Ne pas rater le train de la digitalisation
 
Depuis plusieurs années, le développement des néo-banques, qui proposent des services uniquement accessibles sur smartphone, a incité les acteurs plus traditionnels à développer leurs propres outils digitaux. Une étude sur les nouveaux standards de la banque mobile menée par D-Rating, une agence spécialisée dans la performance digitale, a notamment pointé que l’arrivée en novembre dernier sur le marché d'Orange Bank, la filiale bancaire de l’opérateur télécom, a accéléré la digitalisation du secteur.
 
Ainsi, entre le 19 septembre et le 10 novembre 2017, Arkéa, Crédit Mutuel, Crédit Agricole et le CIC ont annoncé le lancement de fonctionnalités inspirées de ce que proposent les nouveaux venus dans le secteur, note D-Rating. Une tendance qui ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. « Tous les indicateurs laissent penser que, d’ici à 2020, la banque mobile deviendra le principal média d’interaction des Français avec leurs banques avant les services bancaires en ligne et le conseil dans les agences », pointe l’étude réalisée auprès de 21 banques, dont 12 traditionnelles, six en ligne et trois néo-banques (N26, C-Zam, Compte Nickel).
 
Services bancaires en ligne : des actions simples
 
Pour le moment, les applications mobiles sont sollicitées pour des démarches relativement simples : vérification de l’état de ses comptes (93%), virement d’un compte à un autre (58%) ou encore virement vers un compte extérieur (30%). Aujourd’hui, l’ensemble de ces services sont proposés par la majorité des acteurs du secteur.
 
Ce qui n’est pas le cas pour des procédures plus complexes comme l’ouverture d’un compte bancaire en ligne. D’après D-Ranting, seules cinq banques la proposent via une application mobile : Crédit Agricole, Hello Bank ! (BNP-Paribas), Monabanq (Crédit Mutuel), N26 et C-Zam (Carrefour). Un résultat faible qui s’explique par le nombre important d’actions à digitaliser : saisie des données personnelles, photo, e-signature, téléchargement de documents.
 
Peu de services complémentaires pour les services bancaires à distance
 
Si les acteurs traditionnels cherchent à ne pas accumuler trop de retard dans la digitalisation, ils restent distancés en matière de nouveaux services comme le transfert d’argent par SMS, seulement mis en place par Compte Nickel (BNP-Paribas), Hello Bank !, N26 et la Société Générale.
 
Autre exemple : la majorité des néo-banques et quelques banques en ligne offrent la possibilité de désactiver temporairement sa carte de paiement via son smartphone au lieu de faire opposition. Une option qui permet de ne pas avoir à renouveler sa carte si vous la retrouvez. Des services qui sont loin d’être négligeables et qui pourraient inciter de plus en plus les clients à se tourner vers les nouveaux acteurs.
 
Rédigé par Stéphane Lormeau  Editeur d'actualités et d'expertises de la banque en ligne
Publié le

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire